Ce support d’investissement, autour de 4% de rendement pour les SCPI les moins performantes, s’oriente majoritairement vers de l’immobilier d’entreprise. Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que face à ces deux placements phares, les Français ont de plus en plus tendance à se tourner vers la pierre papier.

En effet, il s’agit là d’un placement qui se démocratise depuis déjà plusieurs années. A ce titre, au premier trimestre 2019, nous étions déjà à 84% de la collecte totale de l’année 2018 supérieure à 5 milliards d’euros.

Mais, qu’est-ce qui suscite un tel engouement auprès des Français ?

« La plus coûteuse des dépenses, c’est la perte de temps » nous enseignait le philosophe Théophraste, membre de l’Académie aux côtés d’Aristote à l’époque de la Grèce antique.

C’est LA raison qui justifie cet engouement !

Effectivement, ce placement nous permet aujourd’hui d’avoir des rendements similaires, voire supérieurs, à ceux de l’immobilier classique ainsi que ceux des assurances-vie (Ex : Épargne Pierre à 5,97%), sans en avoir les contraintes et en y passant BEAUCOUP MOINS DE TEMPS à l’instar des points suivants :

  1. Gestion des locataires / acquisitions entièrement à la charge de la société de gestion ;
  2. Un ticket d’entrée beaucoup moins élevé (un minimum de 1 à 10 parts de SCPI) ;
  3. Une diversification offrant à ce placement une réelle mutualisation des risques. Il n’est pas rare de constater, que dans une seule SCPI, se trouvent au moins 300 locataires – Sociétés Grands Comptes ;
  4. Aucune taxe foncière à payer contrairement à l’immobilier classique ;
  5. Aucune charge de copropriété n’est due à l’investisseur actionnaire détenteur de parts de SCPI ;
  • Quant à la fiscalité du particulier, étant en France un vrai sujet de controverse, nous retrouvons également des avantages fiscaux dans certaines SCPI (Ex : Corum XL & Pierval Santé). Nous pouvons en effet observer une exonération totale ou partielle des prélèvements sociaux sur les loyers perçus, par les détenteurs de parts de SCPI. Intéressant, lorsqu’on sait que ces derniers ont été augmentés en 2018, passant de 15,5% à 17,2%.

Si l’assurance-vie bénéficie désormais de la flat-tax, la SCPI dont le parc immobilier est en dehors du territoire peut jouir de la même fiscalité pour tout investisseur étant dans une tranche marginale d’imposition à hauteur de 30% là où l’immobilier direct est imposé pleinement aux prélèvements sociaux lorsque le résultat foncier est positif.

La SCPI offre donc la possibilité d’investir dans l’immobilier tertiaire, à moindre coût et reposant sur une multitude de locataires notoirement solvables et encadrés par des baux commerciaux, en échappant à de nombreuses charges et taxes qui incombent aux propriétaires de biens immobiliers.

Ainsi, vous gagnerez un rendement pouvant dépasser les 6% / an net de frais de gestion et la seule chose importante, qui ne peut se rattraper : LE TEMPS. Lorsque l’économiste David Ricardo nous exposait, en 1817, les vertus de l’avantage comparatif, nous pouvons affirmer que cette idée est encore vraie à ce jour.