Au même titre qu’il n’y a pas de bon vent pour celui qui n’a pas de cap, (Citation du philosophe Sénèque),aucune stratégie d’investissement ne peut être structurée sans tenir compte de chaque situation personnelle et s’inscrivant dans une appréhension rationnelle de l’avenir.

Aucune situation n’est semblable à une autre et chaque vision ou ressenti est propre à chacun.

Quels seront les secteurs porteurs ? Dans quelle région du monde ? Selon quel timing ?

En définitive, l’objectif reste de ne pas investir au plus haut d’un cycle en risquant de revendre au plus bas : cette règle universelle vaut pour l’ensemble des secteurs d’investissement.

A ce titre, nous pouvons distinguer deux approches fondamentales :

L’approche “Bottom-Up” qui s’intéresse à la sélection des entreprises et plus précisément à la micro-économie. ET L’approche “Top-Down” dont le but est de comprendre où il faut être parmi tous les marchés possibles et à quel moment pour ne pas jouer contre les cycles que nous pouvons également appelée approche macro-économique.

Vous remarquerez que le jargon de la finance agit souvent comme un voile ne permettant pas de saisir pleinement les mécanismes en raison des termes techniques formant une sorte de barrière à l’entrée intellectuelle.

Au-delà de ce constat, il est parfois difficile de s’orienter au milieu du brouhaha ambiant et du flot d’informations à répétition (Ex : les chaînes en continu) qui s’attarde bien souvent davantage sur le superflu plutôt que sur le fond.

On en apprend toujours plus en décryptant un indice de marché (volatilité, moral des entrepreneurs, évolution du coût de l’énergie) que de perdre patience à écouter une quantité infinie de commentaires orientés ne traitant pas le cœur du sujet.

En résumé, une fois l’approche et la stratégie définies, en fonction de l’aversion au risque de chacun, encore faut-il maitriser l’ensemble des produits à disposition afin de réaliser le ou les objectifs fixés :

  • Dans quels cas un dispositif de défiscalisation est-il pertinent et surtout lequel et comment ?
  • Quels avantages et inconvénients pour un investissement en private equity ou un PEA ?
  • Quelles sont toutes les options au sein d’une assurance-vie ou une SCPI ?
  • Que choisir entre la nue-propriété et l’usufruit dans le cadre d’un démembrement ?

Le rôle du CGP est donc de se maintenir informé en permanence de l’évolution de chaque spécificité pour chaque produit de manière à produire un conseil avisé et expert à son client en tenant compte de ses projets de vie.

En conclusion, autant vous pouvez vous permettre d’investir dans des actions françaises, une entreprise ou un immeuble de bonne qualité sans trop maîtriser le sujet car la certitude de vous y retrouver sur le long terme (Le temps lisse le risque) est relativement objective. Autant, s’aventurer seul dans la finance internationale ou investir dans un produit plus complexe faisant appel à des notions financières, fiscales et banquières est autrement plus risqué sans un accompagnement réel.

C’est ici – au moment où le sur-mesure devient l’unique réponse à apporter – que le cabinet FENNAS intervient en vous promettant expertise et excellence au service de vos projets. Voilà, notre définition d’un Conseiller en Gestion Patrimoine !